Communico ergo sum

Voilà, je suis sur Facebook. Ne me demande pas pourquoi, car l’autiste que je suis aussi, parfois, n’est pas encore bien sûr de savoir ce qu’il y fait. Mais bon, Facebook, c’est un peu comme le web en général : tu y es = tu existes.

Je me suis donc appliqué à remplir consciencieusement, langue dûment tirée, les champs consacrés aux « informations personnelles ». Et là… surprise ! Je te laisse juge, les rubriques sont les suivantes : Activités, Centres d’intérêt, Styles de musique, Émissions télé, Films, Livres, Citations, En quelques mots.

Et puis ? Les beaux-arts alors ? Ils sentent le pâté ? Pour un peu, on te demanderait quels types de cuisine tu aimes, ou encore quelle marque de caleçon tu portes. (FaceBook Investigation 2.0). Mais question peinture, architecture ou sculpture… rien, niet, nada, que dalle !

On n’est pas censé communiquer sur le plan de nos goûts artistiques sur Facebook ? C’est mal ? Antidémocratique ? Interdit par la Convention des droits de l’Étazunien ?

Je proteste.

Je suis un excellent protesteur, tout doucement dans l’allée.

© 2008 – 2010, Les Chroniques d'un Amateur professionnel. Tous droits réservés.

Les billets suivants peuvent vous intéresser

Women in Art
Pas trop envie d’écrire pour l’instant. Alors je pompe de façon éhontée. Et toi tu fais comme on a dit : tu regardes la vidéo, tu t’enthousiasmes et tu applaudis des deux mains comme tu sais le faire….
Interruption momentanée des programmes
Nous prions notre aimable lecteur de bien vouloir excuser cette interruption momentanée de nos programmes, indépendante de notre volonté. Pour tout dire, cette dernière est également très indépendan…
Quelques mots sur ce nouveau site
« Il faut que tout change pour que rien ne change. » Lampedusa met ces mots dans la bouche de son personnage, Tancredi, dans Le Guépard. Dans le cas, beaucoup plus prosaïque, d’un site Web, c’est vra…
Une page de (non) publicité
"Pourquoi ne faites-vous pas plus de publicité ?" Cette question, qui revient comme une antienne, m’a encore été posée hier. Tant il est vrai, en effet, que je ne fais aucune publicité q…
Ce billet a été publié dans Information à caractère informatif. Mettre un signet sur le permalien.

4 commentaire sur Communico ergo sum

  1. le prochain article aura aussi un amusant titre en latin? jamais deux sans trois non?

  2. =E=

    J’ai bien peur que les données personnelles collectées par Facebook et même pas honteusement revendues n’aient que faire de la culture et des arts. Le réseau social en front ne masque même plus l’application mercantile en back. Savoir quelle musique tu écoutes, c’est bien pour Amazon, pour l’itunes store, pour Universal. Savoir si tu aimes les fauteuils crapaud Napoléon III, si tu participes au revival de Georges de la Tour, si tu es passioné par les phénomènes de résurgence de dominante, ça en revanche, je pense que l’industrie de masse s’en fouette les testicules avec des orties fraîchement coupées. Même le network élitiste s’interesse au plus grand nombre. Aaaah la loi du plus grand nombre…

  3. =JF=

    D’accord les beaux-arts ne sentent peut-etre pas le pâté, mais tout comme lui ils s’apprécient avec un fond de Chassagne-Montrachet, pas vrai ? ;)
    Beau travail que ce site au demeurant, je Nous félicite pour ce décorum à la fois sobre et opulent. Ces descriptions d’objets anciens donnent au visiteur profane que je suis le sentiment agréable d’être initié aux belles choses de ce monde.
    Vieni, vidi, wiki.

  4. Idem pour Youtub, il n’y a pas de catégorie pour l’Art,

    Beati pauperes spiritu ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>