Pendule « L’Amour triomphant de la Guerre »

Boîte de François Vion. Mouvement de Charles Leroy.
Époque : ca 1770.
Matériaux : bronze doré ; terrasse : chêne plaqué de bois noirci
et appliques d’entrelacs en bronze ciselé et doré.
Dimensions : pendule : H. 30 – L. 21,7 – P. 10,7 cm ;
terrasse (sans les poignées latérales) : H. 6 – L. 28,5 – P. 17 cm.
Lieu de conservation : collection particulière suisse.

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Description

Petite pendule en bronze ciselé et doré à motif allégorique : coiffée de deux colombes perchées sur un nuage que traverse un flambeau, la borne centrale, abritant un cadran émaillé blanc à chiffres romains pour les heures et arabes pour les minutes, signé « Le Roy A Paris », est flanquée de deux putti. Casqué, armé d’une lance et d’un bouclier, celui de gauche est assis sur un rocher, tandis que celui de droite, ailé, muni d’un arc et d’un carquois, se tient debout et semble apprécier la rectitude de la flèche qu’il tient dans sa main droite. Les personnages et la borne reposent sur un socle porté par quatre pattes de lion, orné d’une dépouille de capriné disposée en draperie.

La pendule repose sur une terrasse en chêne plaqué de bois noirci, sur laquelle court une frise d’entrelacs en bronze ciselé et doré. Deux poignées latérales, fixées sur la frise, servent à transporter l’ensemble.

État

Parfait état de la dorure. Quelques petits éclats à l’émail en périphérie du trou du remontoir gauche.

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Restaurations

Aucune. La terrasse est entièrement d’origine (y compris les vis et les clous).

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Commentaire

Selon les historiens, cette pendule de bureau symbolise la Guerre et la Paix, ou, plus vraisemblablement, l’Amour triomphant de la Guerre. Il s’agit là d’un modèle de François Vion, l’un des plus grands fabricants de cabinets de pendule de l’époque Transition, avec Caffieri, Saint-Germain et Osmond. La Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet à Paris conserve un livre de dessins de pendules ayant vraisemblablement appartenu au marchand de pendules Antoine Foullet. Notre pendule y est présentée (voir reproduction ci-dessous) comme un modèle de François Vion. Elle est décrite ainsi : « Piece de Bureau, Autel à l’amour & à Mars. » On connaît également le prix auquel elle était vendue : « en Couleur L 176 ; dorure 77 ; Prix dorée 253. » Ces indications montrent qu’il s’agit d’un modèle de qualité tant son prix total de 253 livres est élevé.

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Dessin extrait du 'Livre de dessins de pendules' d'Antoine Foullet, manuscrit conservé à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet, Bibliothèque nationale de France, cote VI E 15 Rés., folio 34. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Dessin extrait du 'Livre de dessins de pendules' d'Antoine Foullet, manuscrit conservé à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet, Bibliothèque nationale de France, cote VI E 15 Rés., folio 34. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

De cette pendule dérive un autre modèle à succès, reprenant le même socle drapé, dit « Le Retour de l’Amour » ou « La Douleur » ou encore « La Pleureuse ». Le comte d’Artois en posséda un exemplaire dans sa chambre à coucher au Palais du Temple, tandis qu’un autre faisait partie des collections de Marie-Antoinette (Musée du Louvre). D’autres spécimens encore sont présents au Musée des Arts décoratifs à Paris, au Petit Trianon et au Musée Carnavalet, ou encore chez Richard Redding.

Enfin, signalons que François Vion est également l’auteur de la pendule aux Trois Grâces, dotée d’un mouvement de Lepaute, livrée à Mme Du Barry (Musée du Louvre) le 21 mai 1774 par le marchand-mercier Poirier.

Quant à l’horloger, il s’agit selon toute vraisemblance de Charles Le Roy (1737 – ap. 1792) – ou de son fils Étienne Le Roy (1709-1771) qui prit la direction de l’atelier « Charles Le Roy » à la mort de son père. Reçu le 22 novembre 1758, ce dernier obtint très vite le titre d’Horloger du Roi. Très réputé, l’établissement Le Roy collabora avec d’excellents bronziers, dont Caffieri, Martincourt, Osmond, Saint-Germain et Vion. L’État des pendules du Roi et du Garde-Meuble au 1er janvier 1788 recense neuf pendules de signées « Charles Le Roy », toutes disposées dans les appartements intérieurs de Versailles.

Des ouvrages portant cette signature sont conservés dans les musées de Bâle, de Baltimore, de Dresde, de Malibu (J. Paul Getty Museum), de New York (Metropolitan Museum), de Paris (Musées du Louvre, Cognac-Jay, Jacquemart-André).

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Pendule Transition 'L'Amour triomphant de la Guerre', bronze ciselé et doré, Paris, François Vion et Charles Leroy, ca 1770. Copyright © 2010 Olivier Bauermeister

Références bibliographiques

  • Livre de dessins de pendules, manuscrit conservé à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet, Bibliothèque nationale de France, cote VI E 15 Rés., folio 18.
  • Jean-Dominique Augarde, Les Ouvriers du Temps, Genève, Antiquorum, 1996.
  • Pierre Kjellberg, Encyclopédie de la pendule française du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, Les Éditions de l’amateur, 1997.
  • Elke Niehüser, French Bronze Clocks, Atglen, Schiffer Publishing Ltd, 1999.
  • Hans Ottomeyer et Peter Pröschel, Vergoldete Bronzen, Die Bronzearbeiten des Spätbarock und Klassizismus, Munich, Klinkhardt & Biermann, 1986, T. 1.
  • Bill G.B. Pallot, L’Art du siège au XVIIIe siècle en France, Paris, ACR-Gismondi Éditeurs, 1987.
  • Alexandre Pradère, Les ébénistes français de Louis XIV à la Révolution, Paris, Chêne, 1989.
  • Tardy, La pendule française dans le monde, Paris, Tardy, 1994 (7e édition revue et complétée).
  • Pierre Verlet, Les Bronzes dorés du XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1999 (2e édition).

Références internet

© 2008 – 2010, Les Chroniques d'un Amateur professionnel. Tous droits réservés.

Les billets suivants peuvent vous intéresser

Pendule « La Petite Prudence »
Boîte d’Antoine Foullet, maître en 1749. Mouvement d’Henry Lacan, maître en 1756. Époque : fin du règne de Louis XV, ca 1765. Matériau : bronze ciselé et doré. Dimensions&nbs...
Retour à Champ de Bataille
Épisode I : Des Créquy aux d’Harcourt[1] Il y a quelques semaines, je te conviai à une petite visite du château de Champ de Bataille. Il est temps pour moi de tenir mes promesses. Note que je...
Suite de quatre chaises à dos Louis XIV
Origine : Suisse. Époque : Louis XIV, fin du XVIIe siècle. Matériau : noyer ciré. Dimensions : H. 107 – L. 50 – P. 45 cm. Lieu de conservation : collec...
Hommage personnel
Aujourd’hui, j’ai décidé de célébrer à ma manière le mariage royal britannique. Pour ce faire, une fois n’est pas coutume – mais l’occasion est belle -, je publie une pièce issue de mes propres co...
Ce billet a été publié dans Des jolies choses et renvoie aux mots-clefs suivants : , , , , , , , , , . Mettre un signet sur le permalien.

4 commentaire sur Pendule « L’Amour triomphant de la Guerre »

  1. Extraordinaire ton site Olivier ! Il faut que je réapprenne à aller sur les blogs et sites de mes amis. Mille mercis pour ton travail époustoufflant. Je vais y revenir !

    A bientôt, eric

  2. steric

    Cher Olivier,

    Je t’ai déjà dit par ailleurs tout le bien que je pensais de tes chroniques tant dans le contenu que dans les formes. C’est du beau travail que tu nous cisèles pour notre plus grand plaisir.

    Je ne vais donc pas de nouveau m’étendre sur ton talent sinon tu vas enfler des pieds.

    Je me contenterai aujourd’hui d’une petite remarque assassine :

    On en veut plus !

    Le public en redemande.

    PS: au rayon des compliments, je tiens à te préciser, car celà t’échappe peut-être qu’il se dégage notamment une certaine poésie de tes inventaires de pièces anciennes. Ce sont en quelque sorte des odes à la beauté :)

    A bientôt pour un nouveau billet j’espère

    Eric

  3. immobilie

    Sehr wertvolle Informationen! Empfehlen!

  4. Alain

    __Bonjour ! N’y a-t-il pas une erreur ou à tout le moins une interversion de dates dans la phrase : « Quant à l’horloger, il s’agit selon toute vraisemblance de Charles Le Roy (1737 – ap. 1792) – ou de son fils Étienne Le Roy (1709-1771) qui prit la direction de l’atelier « Charles Le Roy » à la mort de son père ».__

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>